Aller au contenu


Photo

Dis-moi un mot


  • Veuillez vous connecter pour répondre
154 réponses à ce sujet

#41 Visper

Visper

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 1293 messages
  • Location742 Evergreen Terrace,Springfield

Posté 05 April 2015 - 16:29

http://www.quizz.biz/quizz-84417.html
Etes vous un specialiste de la langue francaise ?
Un petit quizz avec des mots dont on ne soupconerait meme pas l'existence.


Sinon :

-Bavasser : parler pour ne rien dire .
"Il n'a fait que bavasser durant ce débat"

-Glose : commentaire linguistique ajouté dans le corps d'un texte ou d'un livre ou dans une marge qui explique un mot étranger ou un therme rare .
Dans ce topic nous ne faisons que des gloses car nous utilisons des thermes plus simples pour expliquer des mots peu connus ou trop difficile a comprendre .
Si tu lis ceci tu prouves que ma signature n'est pas inutile puisque tu t'occupes en la lisant.

Spoiler

#42 adrien59

adrien59

    Advanced Member

  • Modérateurs
  • 332 messages
  • LocationParis

Posté 05 April 2015 - 18:18

Un therme, tiens donc...



#43 dwee

dwee

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 3598 messages

Posté 05 April 2015 - 20:52

Bon , sûrement dejà connu mais je tente :

Flagornerie = grande flatterie
Ut = ancien do
Ru = petit ruisseau

#44 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 06 April 2015 - 11:39

- laudatif : adj. - relatif à la louange. (du Latin "laudare" = louer)

Voir : laudateur.

Il lui tient des propos trop laudatifs pour être sincères.

 

- infatué : adj. - qui présente un engouement excessif pour quelque chose ou quelqu'un. ; qui a une trop grande estime de soi. ; qui exprime cette suffisance de soi. (du Latin "infatuare" = rendre sot)

Voir : infatuation, infatuer, s'infatuer.

Il s'avança et dit d'un air infatué qu'il avait la priorité de par son statut.

 

inférer : tirer une conséquence d'un fait, d'un principe. (du Latin "inferre" = mettre en avant, alléguer)

Voir : inférence.

Cette aventure lui a permis d'inférer les risques du métier.

 

Je me permets de compléter le mot "flagornerie" : Il s'agit surtout d'une flatterie basse et intéressé. On a aussi flagorneur et flagorner. Quant à l'étymologie, les divers dictionnaires parlent d'origine floue mais proposent à l'unisson le lien avec l'ancien français "flageoler" (= babiller) probablement croisé avec "corner".



#45 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 07 April 2015 - 10:19

- parmélie : nf. - lichen jaune qui apparait sur les roches et les arbres. (du Latin "parma" = petit bouclier rond)
 Ces pierres recouvertes de parmélies donnaient à ce château un aspect ancien et laissé à l'abandon propre à ces châteaux de Grande-Bretagne.

 

- opprobre : nm. - honte, ignominie. ; état d'avilissement, de déchéance. (du Latin "opprobrium" = honte, déshonneur)

Être l'opprobre de : être sujet de honte ou de déshonneur pour quelqu'un ou quelque chose.

Ce scandale le couvrit d'opprobre. Etant devenu l'opprobre de sa famille, de sa patrie. Il finit sa vie dans l'opprobre.

 

- journellement : adv. - quotidiennement. ; fréquemment.

Je lis journellement la presse pour me tenir informé de ce qui se passe dans le monde.

 

Et dire que certaines individus peu soucieux de la formation intellectuelle du peuple souhaitent mettre fin à l'enseignement des langues latines et grecques ! Quand on voit ce que ces langues représentent en matière d'héritage culturel pour notre langue (approximativement 70% de nos mots sont apparentés à ces deux langues), ça n'est plus une balle que l'éducation nationale se tire dans le pied, c'est un obus ! Je n'ai aucune action dans la publication du Gaffiot et du Bailly mais c'est important les langues ! Les gens semblent désintéressés par la culture pure, sans intérêt second, et cela me désole.



#46 adrien59

adrien59

    Advanced Member

  • Modérateurs
  • 332 messages
  • LocationParis

Posté 07 April 2015 - 15:24

- Oukaze : signifie par extension diktat, provient du mot russe "указ" (édit, décret), peut aussi s'écrire ukase ou oukase.

"C'est sur le visage des femmes que l'âge inscrit l'oukaze du temps, la peau fripée pour parchemin, les rides pour caractères."

 

- Diktat : mesure ou décision quasi dictatoriale, pression insurmontable, provient de l'allemand "diktat" (dictée)

"Le diktat du traité de Versailles"

 

- Paraguante : cadeau en remerciement d'un service rendu (parfois pot-de-vin), provient de l'espagnol "dar para guantes" (donner pour des gants : comprendre pourboire)

"Quoi, c'est tout ? N'avez-vous donc de paraguante plus attirante ?"

 

Désolé, je me sentais obligé de passer à d'autres étymologies que latines ou grecques ;)



#47 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 08 April 2015 - 10:43

Oui, d'autant qu'il n'y a de nombreuses autres sources dans notre langue : Le gaulois, les langues germaniques (francique, allemand, anglais), l'italien, l'espagnol, l'arabe, le persan, etc. donc autant profiter de ce riche héritage culturel ! Ce qui m'amuse beaucoup, c'est que l'argot, souvent parlé par des gens "légèrement" xénophobes, est la plus belle illustration de l'intégration de mots étrangers dans le parler courant, même si souvent le sens original est quelque peu détourné. Je me souviens avoir lu dans un numéro de Pour la science dédié aux langues (Dossier Janvier-Mars 2014) qu'un mot arabe signifiant "seigneur" était employé par les colons comme une insulte. De même, dire à un Russe "espèce de Slave" peut avoir un connotation positive pour ce dernier vu son sens original.

 

- cinabre : nm. - sulfure naturel de mercure rouge vermillon. ; cette couleur. (du grec "κιννάβαρι")

Le coucher de Soleil dessinait une trainée cinabre à l'horizon.

 

- patelin : adj./n. - se dit d'une personne d'une douceur affectée mais hypocrite dont il faut se défier. (de l'œuvre "La farce de Maître Pathelin")

Voir également : pateliner, patelinage, patelinerie, patelineur.

Ah, le vil patelin ! S'il croit m'avoir avec ses mots doux et ses belles manières, il se trompe !

 

- patère : nm. - dans l'Antiquité, coupe évasée et peu profonde qui servait soit pour boire, soit pour verser les libations pendant un sacrifice. ; ornement d'architecture semblable à cette coupe. ; pièce sur laquelle on appose les supports pour les appareils d'éclairage ; pièce qui soutient les embrasses de rideaux. ; pièce à laquelle on suspend ses vêtements. (du latin "patera")

Déchaussez-vous et suspendez vos manteaux sur le patère.



#48 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 09 April 2015 - 10:25

- imprécation : nf. - souhait de malheur prononcé contre quelqu'un. (du latin "imprecari", de "precari" = souhaiter, supplier)

Voir également : imprécateur, imprécatoire.

Récemment, cet homme a lancé des imprécations contre un groupe d'individus.

 

- pasquiner : railler, plaisanter avec mordant. (de l'italien "pasquino", nom d'un statue de la Rome antique sur laquelle les Romains affichaient des satires puis, nom d'un personnage de théâtre)

Voir également : pasquin, pasquinade, pasquinage.

Aux yeux de ces derniers, c'était bien plus que d'un simple pasquinage.

 

- impétrer : obtenir un droit par une requête. (du latin "impetrare" = obtenir, arriver à ses fins, de "patrare" = accomplir, achever)

Voir également : impétration, impétrable, impétrant.

Ils considèrent qu'une telle faveur de la part de la presse est impétrable.



#49 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 10 April 2015 - 10:26

- escape : nf. - fût d'une colonne. ; sa partie inférieure. (du latin "scapus" = tige, fût, montant)
 Ces terroristes iconoclastes s'en sont pris aux rares escapes qui maintenaient ces superbes structures architecturales depuis des millénaires.

 

- escarcelle : nf. - bourse qui était portée à la ceinture au Moyen-Âge. (de l'italien "scarsella" = petit avare)

Il ne mettait jamais plus de quelques pièces dans son escarcelle, de peur qu'on lui vola sa fortune - pour le reste, il avait eu recours à un brillant subterfuge commandé par sa profonde avarice.

 

- esclandre : nf. - bruit scandaleux provoqué par un évènement fâcheux. ; tapage, querelle, rixe. (du latin "scandalum")

Les médias se chargèrent de faire une esclandre de ce qui n'était au départ qu'un simple malentendu.



#50 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 11 April 2015 - 11:20

- laïus : nm. - discours, allocution (registre familier avec une connotation péjorative). (de Laios, roi de Thèbes, père d'Œdipe, ayant été le premier sujet de dissertation de Polytechnique en 1804)

Voir également : laïusser, laïusseur.

Il a tenu à faire un laïus long comme un jour sans pain avant que nous ne commençons le repas. 

 

- impéritie : nf. - incapacité, manque d'expérience. (du latin "imperitia" = manque de connaissance, d'expérience, de "imperitus" = mal informé, inhabile)

A peine arrivé à son poste, on lui reprochait déjà son impéritie.

 

- escarpolette : nf. - siège ou planchette qu'on suspend à des cordes pour se balancer. (de l'italien "scarpoletta" = petite écharpe)

La jeune enfant balançait son corps sur l'escarpolette que son père avait suspendu à une branche de noyer.



#51 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 12 April 2015 - 11:19

- crapoussin : n. - personne petite, trapue et contrefaite. ; personne sans talent. (de crapaud*)

Je hais la plèbe, ces sauvages, ces crapoussins dépourvus d'esprit et de savoir-vivre.

 

- crampe : nf. - contraction involontaire, compulsive et douloureuse, d'un muscle. (du francique "kramp" = recourbé)

Soudain, une crampe le réveilla. Un murmure de douleur s'échappait d'entre ses dents et de la sueur coulait sur ses tempes.

 

- crayeux : adj. - de la nature de la craie. (du latin "creta")

La falaise crayeuse, contre laquelle la mer toujours se déchaînait, faisait face à l'horizon.

 

* : je me demande comment est apparu cette terminaison. Il s'affiche visiblement de terminaison vulgaire comme on en voit en -ard ou -aud mais j'ai du mal à trouver d'autres mots ayant pris une terminaison péjorative en -in, d'autant que je suis un peu pressé. Je chercherai cela plus tard.



#52 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 13 April 2015 - 10:32

- horion : nm. - (surtout au pluriel) coup violent porté à quelqu'un. (de l'ancien français "orillon" = oreille)

En voulant m'interposer, je reçus quelques horions mais qui ne furent pas fatals et me permit de mettre fin à la querelle.

 

- fenil : nm. - lieu où l'on entrepose le foin. (du latin "fenile", de "fenum" = foin)

Il alla dans le fenil chercher de quoi nourrir le cheval.

 

- clenche : nf. - pièce principale d'un loquet de porte, qui vient s'engager dans le mentonnet, fixé sur le chambranle. (du francique "klinka")

Il nous était impossible d'entrer, la clenche ayant été saboté par les voleurs.



#53 adrien59

adrien59

    Advanced Member

  • Modérateurs
  • 332 messages
  • LocationParis

Posté 13 April 2015 - 11:37

Je finis mon déménagement et je m'y remets.

 

Ne t'inquiète pas Tommy-boy, tu es lu.



#54 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 14 April 2015 - 11:09

- embauchoir : nm. - instrument en bois ou en plastique, muni d'un ressort, qu'on introduit dans une chaussure pour qu'elle conserve sa forme. (altération de "embouchoir", d'après le verbe "emboucher")

Il mit dans chacune de ses chaussures un embauchoir et alla les placer auprès du feu pour qu'elles finissent de sécher.

 

- (s') emberloquer : se prendre d'une engouement ridicule pour quelque chose ou pour quelqu'un qui n'en vaut pas la peine. (préfixe "en" et "berloque", ancien forme de "breloque")

Tous s'étaient emberloqués de voir cet homme comme leur messie mais, bien vite, ils furent rattrapés par la réalité et constatèrent que rien ne changerait davantage avec lui qu'avec n'importe quel autre.

 

- émacié : adj. - d'une maigreur extrême. (du latin "emaciere" = rendre maigre, de "macies" = maigreur, "macer" = maigre)

Voir également : s'émacier.

Son visage était à présent long, blême et émacié. Cela était dû à une inanition liée à des troubles psychasthéniques survenus quelques mois auparavant.



#55 adrien59

adrien59

    Advanced Member

  • Modérateurs
  • 332 messages
  • LocationParis

Posté 14 April 2015 - 11:40

Voilà ! Je gardais un triplet magique pour le jour où j'aurais un peu de temps. Celui-ci est arrivé. Aujourd'hui nous allons gloser, l'ami Visper.

 

- Élision : Apocope consistant en l'amuïssement d'une voyelle finale d'un mot devant un autre mot débutant par un son vocalique, provient du latin elidere ("ôter"), qui a aussi donné éluder.

exemple : 

"S'il y a une élision dans cette phrase, elle est autoréférente."

 

- Amuïssement : Métaplasme par suppression d'un ou plusieurs phonèmes à la fin d'un mot, adverbe formé sur amuïr (rendre muet, en parlant d'une voyelle) provenant lui même de admutire ("rendre muet").

exemple :

"Les amuïssements incessants de l'Américain rendent cette langue incompréhensible à qui n'est pas natif."

 

- Métaplasme : Modification phonétique ou orthographique d'un mot par suppression, addition, permutation ou substitutions de phonèmes ou de syllables, du préfixe méta- (du grec μετά "au-delà") et du suffixe -plasme (du latin plasma "façonné").

exemple :

"Sale métaplasme, hiatus seulement pensé a cette synalèphe ?"

 

 

Je n'ai le droit qu'à trois mots, je vous laisse donc trouver la définition d'une apocope.



#56 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 15 April 2015 - 11:30

Bien vu pour les exemples, cela m'a fait sourire. Particulièrement le dernier. Cela m'a fait pensé qu'à force de parcourir les dictionnaires, je trouve parfois des homonymes jusqu'alors insoupçonnés et qui, à n'en pas douter, doivent être souvent utilités, mais à tort malheureusement !
Puisqu'on parle d'ailleurs d'orthographe et de syntaxe, suite à un doute lié à la lecture d'une anecdote, je suis allé vérifier certaines règles de la langue française et, à ma grande surprise, il est admis que, même en début de phrase, on se doit de mettre les signes diacritiques, alors que depuis mon enfance, mes professeurs de français soulignaient toujours en rouge mes "À", "É", "Ç" et "Ê" ! Ce qui me conforte dans l'idée que j'ai de l'Éducation nationale. En revanche, il y a des cas où je fais volontairement entorse au bon usage de la langue écrite, puisque j'écris toujours Avril et non avril, comme il convient de le faire dans de nombreuses autres langues. Après, je préfèrerais dire que nous sommes le 26 Germinal mais, dès lors, la plupart des gens ne me comprendrait plus.
 
- incartade : nf. - écart de conduite, folie, extravagance. (de l'italien "inquartata" = parade d'escrime consistant en une esquive et un coup vivement lancé au côté droit)

Depuis que son salaire a été augmenté, il s'autorise toutes sortes d'incartades.

- inconsistance : nf. - manque de fermeté, de rigueur. ; manque de matière, d'intérêt. ; manque de dureté physique. (-in et consistance, consister, du latin "consistere" = se placer, s'arrêter, composé de "cum" et "sistere" = placer, arrêter)

Il fait preuve d'une trop grande inconsistance dans ses propos. L'inconsistance d'une pareil accusation me permet de vous démontrer qu'on cherche par tous les moyens à me faire taire. Cette assiette était bien inconsistante !

- chronaxie : nf. - temps physiologique caractéristique de l'excitabilité de chaque organe ou tissu. ; durée minimale du passage d'un courant électrique qui permet d'atteindre le seuil d'excitabilité d'un muscle ou d'un nerf dans certaines conditions. (du grec "κρονος" = temps et "ἀξία" = valeur)

Il doit vérifier la chronaxie des sujets pour connaître leur état de santé et s'assurer qu'aucun dommage ne soit survenu depuis.



#57 adrien59

adrien59

    Advanced Member

  • Modérateurs
  • 332 messages
  • LocationParis

Posté 15 April 2015 - 17:22

Je m'occuperai de donner des mots plus tard, je tiens juste à te faire remarquer la faute de grammaire que tu viens de commettre.

Pour la même raison que l'indicatif succède à "après que", on doit utiliser l'indicatif dans " s'assurer qu'aucun dommage n'est depuis survenu". L'auxiliaire être est par ailleurs de rigueur pour le verbe venir et ses dérivés.

Je profite de l'aparté pour préciser un point qui me tient à coeur quant à l'"après que". Par pitié ne dites plus "Je suis allé le cherché après qu'il a fini ses devoirs." C'est une horreur. Le futur antérieur est là pour ce genre de phrase.

#58 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 16 April 2015 - 10:31

Je m'occuperai de donner des mots plus tard, je tiens juste à te faire remarquer la faute de grammaire que tu viens de commettre.

Pour la même raison que l'indicatif succède à "après que", on doit utiliser l'indicatif dans " s'assurer qu'aucun dommage n'est depuis survenu". L'auxiliaire être est par ailleurs de rigueur pour le verbe venir et ses dérivés.

Je profite de l'aparté pour préciser un point qui me tient à coeur quant à l'"après que". Par pitié ne dites plus "Je suis allé le cherché après qu'il a fini ses devoirs." C'est une horreur. Le futur antérieur est là pour ce genre de phrase.

 
Effectivement. Malgré une rapide relecture, l'erreur m'a échappé. Je te prie de m'en excuser. Je me sens toujours confus lorsque je constate des fautes qui, avec du recul, sont flagrantes mais que je commets inconsciemment dans l'empressement. Merci en tout cas d'avoir relevé l'erreur ! Cela prouve que je suis lu avec attention !
 
Au menu du jour :
 
- inepte : adj. - qui n'a pas les aptitudes requises pour quelque chose. ; sot, absurde. (du latin "ineptus" = inapproprié, déplacé, maladroit ; de "in" et "aptus" = attaché, approprié)
Voir également : ineptie.
Il est inepte à accomplir une telle tâche ! On raillait ses propos ineptes.
 
- éphébie : nf. - À Athènes, système et lieu de formation civique et militaire des jeunes citoyens. (du grec "ἔφηβος", de "ἥβη" = jeunesse)
Voir également : éphèbe.
Le président a annoncé qu'il allait mettre en place des infrastructures semblent à l'éphébie grecque comme c'est déjà le cas dans certains pays comme Israël, où le devoir civique et la défense de l'Etat sont inculqués à la jeunesse.
 
- éphélide : nf. - tâche cutanée couramment appelée "tâche de rousseur". (du grec "ἐφηλίς". Le Wiktionnaire fait venir ce mot de "épi" et "hélios" donc "qui provient du [contact au] soleil")

Son belle figure recouvertes de dizaines d'éphélides qu'elle cachait avec ses mèches de cheveux d'un blond vénitien lui donnait l'apparence d'un nymphe, d'un vestale, d'un Vénus.



#59 Tommy-boy

Tommy-boy

    Advanced Member

  • Membres
  • PipPipPip
  • 171 messages

Posté 17 April 2015 - 09:42

- insane : adj. - fou, déraisonnable. (du latin "insanus", composé de "in" et "sanus" = sain, bien portant)

Voir également : insanité.

Une pauvre diable insane se tenait là, chuchotant à lui-même quelques mots à peine compréhensible.

 

- fontange : nf. - coiffure de mousseline ou de dentelle tuyautée et apprêtée, tenue droit sur la tête par un laiton, parfois agrémentée d'un ruban, et qui était à la mode chez les femmes de la cour de Louis XIV. (provient de Mlle. de Fontange, maîtresse du roi, qui mit à la mode cette coiffure) 

La marquise enfila aussi vite qu'elle le put sa crinoline pendant que sa dame de compagnie s'affairait tant bien que mal à élaborer la plus belle fontange de toutes les têtes de la cour royale.

 

- épigone : nm. - dans la mythologie grecque, chacun des héros de la seconde guerre de Thèbes, qui étaient les fils des sept chefs de la première. ; celui qui, dans une école, un mouvement appartient à la génération qui succède. ; en biologie, descendant. (du grec "ἐπίγονος" = né après, descendant)

De Vinci fait partie des épigones des grandes artistes de la Renaissance, dans la lignée des Botticelli, Donatello, Angelico.



#60 adrien59

adrien59

    Advanced Member

  • Modérateurs
  • 332 messages
  • LocationParis

Posté 17 April 2015 - 10:22

-gentilé : nom donné aux habitants d’un lieu, un pays, un continent, une région, une province, etc, du latin gentile ("qui appartient à une nation")
Ex : "le gentilé des habitants de Saint-Jean-de-Verges est Saint-Jeantains, ils ont laissé tomber les verges."

-gabardine : tissu côtelé en diagonale sur la face visible (peut désigner l'habit par métonymie), de l'espagnol gabardina (même sens).
Ex : "Le caporal tombé avait deux trous dans la gabardine, l'un d'usure, l'autre, eh bien l'autre vous savez."

Je pense que si tu as si peu de participation c'est du fait de ton exigence. Demander définition, étymologie et exemple c'est demander 20mn pour un post à chaque fois. C'est trop.

Par ailleurs ta phrase est toujours incorrecte telle quelle. Comme je l'ai dit au-dessus, pas de subjonctif. Soit->est.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)